Hivernage malin des succulentes

C’est l’hiver !!! Rentrons nos succulentes !!!!

On distingue deux types de plantes succulentes, les non gélives et les gélives.

Les non gélives sont toutes les plantes succulentes originaires des montagnes d’Asie ou d’Europe. Celle-ci sont capables d’affronter de très grands froids et peuvent, et même doivent, rester dans le jardin toute l’année. Les sempervivums et certains Sedums sont très représentatifs de cette catégorie.

A l’inverse d’autres succulentes originaires du Mexique, d’Afrique du Sud, des Iles Canaries comme les Echeverias, certains Crassulas, les Aeoniums, etc…. sont elles sensible au gel hivernal, elles ne sont pas adaptées à nos climats aux hivers rigoureus. Il faut donc absolument les rentrer à l’abri du gel et des températures inférieures à 0°C, -2°C, -4°C ….. selon les variétés.

Beaucoup trouvent très contraignant de cultiver ces plantes succulentes gélives. Devoir les rentrer l’hiver pose un gros problème de place dans la maison, et les voir fondre sous l’effet du gel et du froid n’est pas satisfaisant.

Mais ce que l’on oublie toujours c’est à quel point elles sont résistantes non pas au froid mais au sec !!!! Qu’elles peuvent se passer de leurs racines, de terre, d’eau et de soins pendant des mois durant, et que ces facultés offrent des solutions insoupçonnées au problèmes de place au moment de l’hivernage.

La solution hivernage pour petits espaces :

Nous avions sur la terrasse de notre jardin une très belle coupe de Graptoveria ‘Fred Ives’. Les rosettes sont grosses et bien développées et nous ne pouvons pas nous résoudre à les perdre cet hiver.

DSC06524

L’automne a déjà commencé à faire ses effets sur la plante. Il a beaucoup plus, le terreau est très mouillé, si jamais un coup de froid arrive dessus, notre Graptoveria ne résistera pas. Et de belles rosettes comme ça de plus de 20 cm de diamètre pour certaines, il n’est pas question de les abandonner aux rigueurs des hivers bretons !

 

 Nous avons pris notre sécateur…… en avant pour une  séance BOUTURAGE !

DSC06528

  Le sécateur est notre meilleur ami pour la survie de notre Graptoveria ‘Fred Ives’ ! Chaque rosette produit une tige de quelques centimètres. Nous sommes alors entré délicatement dans le buisson de rosettes et avons sectionné les tiges à la base. L’idéal est est de laisser entre 1cm et 3 cm de tige à nos « boutures ».

 

 

DSC06531

Nous gardons « toutes » les rosettes. pas une n’échappe au sécateur. Pas question d’en perdre une seule cet hiver !

A la fin de la séance il ne reste plus que les tiges à nu. Triste spectacle direz-vous ? Mais pas du tout !!!! Nous avons sauvé une bonne dizaine de rosettes, qui reviendront au printemps prochain regarnir notre belle coupe en terre émaillée !!! 

 

DSC06533

Les rosettes prélevées sont disposées dans une caisse bien ajourée pour que l’air circule bien et que les boutures ne restent pas dans l’humidité. Elles seront disposées dans un coin de la maison ou il y a un peu de lumière, au sec. Peu importe qu’il fasse chaud ou froid, pourvu qu’il ne gel pas ! Les caisses pleines de boutures peuvent être  empilées ainsi pour sauver quantité de plantes cet hiver !!!!

Il est possible que la souche ne résiste pas au froid, nous n’auront alors plus qu’a vider notre coupe, renouveler le terreau et replanter nos boutures au printemps prochain….

Les plantes seront parfaitement prête à repartir pour une nouvelle saison. Pendant l’hiver passé à l’abri, elles auront développé quelques racines sur leur tige, en attendant de retrouver leur coupe en terre et leur place sur la terrasse du jardin !!!!!

 

Voici un autre exemple d’hivernage facile :

DSC06573

Dans une vieille jardinière en terre nous nous sommes amusé tout au long de la saison à planter nos reléguas de boutures pour faire un méli-mélo de plantes succulentes. 

Du coup il y a beaucoup de variétés dedans que nous avons bien envie de sauver pour le printemps prochain. Beaucoup d’entre elles pourront nous servir a faire de belles potées ou de jolies compositions. Certaines se sont bien développées cette saison, il serait dommage de perdre ce bénéfice à cause du froid.

Alors même sénario que pour le Graptoveria ‘Fred Ives’, nous sommes allé chercher notre sécateur ! Et hop ! Sauvetage de succulentes !!!!

 DSC06623 DSC06578 DSC06586 DSC06603

Certaines variétés se présentent un peu différemment.

L’Echeveria elegans avec ses rosettes bien ancrées au ras du sol sont un peu délicates à prélever avec le sécateur. Pas de problème ! Prenez avec votre main, prenez une rosette et tirez dessus…. elles viens toute seule !!!! Ensuite nettoyez son pied délicatement et dégagez le surplus de terre. Et le tour est joué !!!!!

DSC06615 DSC06617 DSC06619

 

 

 

 

 Et ma grosse rosette d’Echeveria ‘Roméo’ ?

Je vais chercher un couteau pour lui trancher la tête !!!

DSC06596

Je coupe

 

DSC06597

je soulève

 

DSC06598

je nettoie

 

DSC06600

Et voilà !

 

 

 

 

 

 Il n’est pas nécessaire de garder de longues tiges sur les rosettes, et il est déconseillé de garder les hampes florales sur les boutures. Celles-ci vont à coup sure continuer à se développer sur la bouture, et du coup à puiser dans les réserves de la bouture dont elle aura besoin pendant toute la période d’hivernage.

 

DSC06633 DSC06635

Maintenant que nous avons récupéré toutes les plantes en boutures, je n’ai plus qu’à les hiverner dans leur caisse bien ajourée dans le garage ou la température ne descend jamais en dessous de 0°C et près de la fenêtre.

Si vous n’avez pas de garage, pas de problème, elles peuvent très bien tenir tout l’hiver dans la maison !

Toutes nos plantes sur www.arreesucculentes.com

 

Une réflexion au sujet de « Hivernage malin des succulentes »

Les commentaires sont fermés.